• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

Archive pour novembre 2008

2eme journee: on continue dans l’improbable

Dimanche 2 novembre 2008

Ouah! 20h.26 heure locale. Suis raide morte… Grosse grosse journee, avec deux visites (Qutb Minar et le temple bahai du Lotus), repas a la Feuille de banane a Conaught Place et recuperation au passage de mes deux shalwar chez le tailleur ou j avais amene le tissu hier. Juste incroyable cette journee. J ai rencontre deux femmes a mon hotel et on a decide de visiter ensemble. Demain, je change d hotel pour m installer plus pres du centre en prevision du depart mardi matin a 7h. pour Jaipur.

Demain aussi, passage aupres de l ambassade suisse pour deposer quelques copies de documents officiels.

Hier, juste pour donner un apercu, je cherchais l office de tourisme officiel. On m a embarque chez un tour operateur, tres sympa, mais on n avait pas vraiment les memes projets (non non non, je n ai pas envie d aller a Dharamsala apres demain; si si si, je vais y passer mais pas tout de suite; ah non….. non le Rajasthan non plus, pas pour l instant; visite de la vieille et nouvelle ville cet apres-midi? comment dire… non, pas avec vous; maaaaaaaaaaaaaiiiiiiiis non, je sais bien que vous n essayez pas de m arnaquer; oui oui oui, je remarque a quel point ma securite compte pour vous; donnez moi donc votre carte, je repasserai peut-etre lundi), puis enfin je trouve le bon office, qui m envoie au DTDC pour faire la reservation de mon billet de train, qui finalement sera une jeep partagee (si, je vais verifier aupres de l ambassade si je peux faire confiance). Un autre type a cette agence voulait lui aussi m emmener au Ladakh (mais si, regarde les photos comme ils ont l air satisfaits les touristes partis avec nous… la, tu vois, ils dansent a un mariage traditionnel). Deux heures plus tard, a bout de force, je sors du bureau (sans avoir rien achete, ni reserve, ni signe, ni paye non plus). La rage, je decide d aller a Paharganj a pied pour reperer les hotels. Une femme a un arret de bus, serviable, m accompagne. La classe!

Paharganj trouve, je me balade, je repere les hotels, je ressors et veux aller au Fort Rouge (Lal Qila) dans le vieux Dehli, a pied (ca peut pas etre aussi loin, sur la carte j en ai pour a peine 30 min). Courageuse, j attaque et marche furieusement. Tout droit, tout droit. Je passe a cote de la gare, normal. Je continue, ok, tout va bien. Au bout d un moment, limite perdue (bon, courage, continuons, ayons l air sure de nous, si, je sais ou je vais et comment je vais y arriver). Des regards, oui, mais aucune agressivite chez les gens. Je finis quand meme par demander mon chemin a un homme (bien habille, pas un clochard). Il me fait signe de le suivre. Et me voila, suivant cet homme qui ne jette qu un regard de temps en temps pour etre sur que je suis toujours derriere lui. Bon, au cas ou, il y a des rikshaws partout. Il finit effectivement par m amener jusqu au Chandni Chowk , la rue qui amene tout droit au Lal Qila. Et il repart, sans plus de ceremonie. Je prends un rikshaw (un peu fatiguee) et m assieds a cote du Fort. Et retour a l hotel. Bilan de la journee de hier: des gens qui essayent d arnaquer, de faire payer plus, de vendre des arrangements inutiles, et des gens serviables, prets a aider.

C est assez difficile a imaginer pour nous Occidentaux que si les Indiens vont essayer de nous faire payer plus, ils ne sont pas pour autant agressifs physiquement. Des regards oui, mais on s habitue et il suffit de ne pas regarder en retour. Des gens qui m apostrophe, normal. Pas de reponse suffit. Se draper dans une dignite hautaine les eloigne la plupart du temps.

En tibetain, merci se dit « Dordjise ».

Et j ai recupere des adresses pour quelques villes, piquees a ces deux femmes. Susan, l americaine du Colorado, prof d ecole primaire (qui a vote Obama) et Seti, sud africaine vivant a Amsterdam, architecte.

J ai pris en photo mon tailleur, des enfants ont voulu que je les prenne aussi. Trop chou. Dans ce petit marche juste en face de Majnu Ta Killa, on a ete traite comme des locaux. C etait agreable. Et les prix, tres corrects, meme pas marchande. Je vous ferai signe demain pour vous dire si mes shalwar sont a ma taille.